Fini les fan-gates dans les applications Facebook, est-ce une bonne chose?

Fangate Facebook

Récemment, Facebook annonçait une fois de plus de nouvelles modifications de son API. Ces changements ont un impact important sur les fonctionnalités pouvant être implantées dans une application. Un changement en particulier suscite de nombreux questionnements et échanges. En fait, il sera bientôt interdit d’exiger d’un utilisateur qu’il aime une page afin d’accéder à un certain contenu ou de participer à un concours.

Cette pratique était vaguement répandue et régulièrement utilisée comme incitatif, le plus souvent dans le contexte d’un concours. En effet, cette pratique connue sous le nom de fan-gate était utilisée pour encourager les utilisateurs Facebook à aimer une page afin d’accéder au contenu du concours.

Pourquoi Facebook fait ce changement?

Selon Facebook, ce changement vise à ce que les utilisateurs aiment des pages par intérêt et non à cause d’un incitatif artificiel tel qu’un concours. Le réseau cherche ainsi à assurer la qualité des interactions entre les marques et ses utilisateurs.

De plus, il est évident que cette pratique était en concurrence directe avec l’offre publicitaire de Facebook. Après tout, Facebook vend, depuis quelque temps déjà, des publicités afin d’encourager les utilisateurs à aimer une page. Le fan-gate, lorsque bien exécuté, permettait d’attirer des mentions « j’aime » à moindres frais.

Contre le like-gating

Le fan-gating est depuis longtemps critiqué car il attire parfois des mentions « j’aime » de piètre qualité. Trop souvent, cette pratique attire des utilisateurs qui souhaitent simplement gagner un prix ou obtenir un cadeau. La page se retrouve alors avec une base d’adeptes n’ayant aucun intérêt pour les contenus qui y sont partagés.

Ceci peut avoir un impact encore plus négatif avec la baisse de la portée organique des publications. Effectivement, la portée étant déjà limitée, il vaut mieux rejoindre les bonnes personnes plutôt que quelques-uns des milliers d’adeptes n’ayant pas d’intérêt réel pour la page.

Pour le like gating

Personnellement, je n’ai jamais été un grand adepte de l’utilisation de Fan-gates, bien que je doive admettre avoir déjà eu recours à cette pratique (j’ai d’ailleurs fait un billet détaillant la mise en place d’une telle tactique en utilisant Shortstack). Cette tactique, lorsque bien utilisée, est une bonne façon d’accroître son audience à peu de frais. Par exemple, un consultant ou un coach pourrait offrir un e-book accessible uniquement aux adeptes de sa page. Une telle façon de faire permet d’attirer un lectorat réellement intéressé par le contenu de la page.

Le problème va au-delà des mentions « j’aime »

Les conséquences négatives du fan-gating vont au-delà de l’obtention de mentions « j’aime » de piètre qualité pour les pages. En fait, ce décalage affecte également le système publicitaire qui se base sur ces mentions pour permettre le ciblage par intérêts. D’ailleurs, il vaut mieux utiliser ces options de ciblage avec parcimonie puisque, par le passé, de nombreux utilisateurs ont pu « aimer » des pages sans saisir qu’il s’agissait d’une forme d’abonnement aux publications.

Le décalage est tel qu’on peut se demander si Facebook n’agit pas trop tard. Quoi qu’il en soit, le réseau offre des possibilités de ciblage publicitaire allant bien au-delà de l’analyse des mentions « j’aime ».

Les applications sur les pages sont telles toujours pertinentes?

Les applications destinées aux pages Facebook ne sont pas mortes pour autant. Par exemple, il est encore possible de demander aux utilisateurs de s’inscrire à une infolettre pour recevoir le contenu.

Comment attirer les mentions « j’aime »?

La mort du fan-gating ne veut pas dire qu’il est impossible d’augmenter sa base d’adepte à un niveau de portée enviable.

Voici quelques tactiques qui fonctionnent encore :

  • Il est possible de faire de la publicité visant le recrutement d’adeptes.
  • Les concours directement dans une publication permettent de susciter des interactions pouvant engendrer de nouvelles mentions « j’aimes ».
  • L’utilisation de ses propres présences médias et Web permet de faire connaître la page auprès du bon public. Par exemple, l’affichage de boîte « j’aime » sur un site Web et dans une signature courriel, permet une croissance naturelle de la base d’adeptes.

 

Et vous, avez-vous déjà utilisé le fan-gating ou avez-vous des tactiques préférées de recrutement d’adeptes?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *